Non, le remote n’est pas l’ennemi de la culture d’entreprise !

par Laure Girardot

Il n’est pas rare d’entendre que le télétravail “tue” la culture d’entreprise. Pourquoi ? Avec le 100% distanciel, adieu rencontres physiques fortuites et moments de convivialité… Mais la culture se limite-t-elle à une unité de lieu et de temps  ? Et si, justement, le remote était l’opportunité de repenser les valeurs pour fédérer sa communauté de talents ? À l’heure où le lien d’appartenance est questionné, le sujet devient stratégique et demande une réflexion RH globale autour des valeurs, des habitudes et du fonctionnement de l’entreprise. Quelques pistes pour (enfin) lever quelques croyances et coconstruire une culture “remote friendly”. 

Culture d’entreprise et remote : sonnons le glas des idées reçues !

Selon Maurice Thévenet, Professeur au CNAM et à l’ESSEC, la culture d’entreprise se définit comme “un ensemble de références partagées dans l’entreprise, consciemment ou pas, qui se sont développées tout au long de son histoire”. Parfois fantasmée ou nébuleuse, la culture d’entreprise, aussi appelée culture organisationnelle, est un concept compliqué à définir. En effet, si elle repose sur des éléments concrets – valeurs communes, lieu de travail, traditions et rites, codes vestimentaires, méthodes de travail, savoir-faire… – elle demeure intangible par certains aspects : relationnel, symboles, ressenti collaborateur… Pourtant, cet agrégat compose l’ADN de l’entreprise, la rend unique et distinctive. À distance, pourquoi la culture s’éteindrait ? Beaucoup d’entreprises fonctionnent très bien en remote depuis leur création : O’Clock, KumbuWhodunit ou Boondmanager.  Leur secret ?  Des rituels variés, des valeurs vécues et des processus partagés permettant aux salariés de développer un lien d’appartenance vivant. Leur postulat de base : c’est à l’entreprise d’adapter sa culture en phase avec son fonctionnement qu’il soit hybride ou en 100% remote. Sous cet angle, c’est une formidable opportunité pour fédérer ses équipes et engager ses nouveaux entrants ! 

5  idées pour bâtir et animer une culture d’entreprise “remote friendly”

1 – Revoir le tandem “organisation-management”

L’organisation est le reflet de la culture d’entreprise. En d’autres termes, le choix du modèle organisationnel est votre socle culturel. Si vous affichez un fonctionnement agile avec des processus ultra rigides, il existe une dissonance évidente entre la culture affichée et l’organisation ! En ce sens, Danone, Castorama ou encore Biocoop ont supprimé la hiérarchie pour laisser plus d’autonomie aux salariés ce qui favorise à la fois l’intelligence collective et le leadership. Deux piliers de leur culture d’entreprise poussés par transformation numérique qui entraîne plus de souplesse, de transversalité et de collaboration. De même, une organisation fonctionne si le management s’y adapte. Toujours le même exemple : comment défendre une organisation flexible si vos managers sont encore enracinés dans le “command & control”  issu de la « Théorie X » de Douglas McGregor ? Ce sont les rôles modèles et les relais numéro un de votre culture remote ! 

Pour cela, la culture managériale doit se transformer grâce à : 

  • De la formation et du coaching pour apprendre à manager avec davantage d’autonomie, de confiance et d’intelligence collective.
  • Un système d’évaluation adapté au distanciel sous le prisme des valeurs et des soft skills à maîtriser à distance ? 
  • Un panel d’outils digitaux pour faciliter le management à distance : ils ont leur importance dans la diffusion de valeurs communes et la fédération des équipes. Pour cela, de nombreux outils sont devenus incontournables : Slack, Hangout, Skype sont très efficaces pour communiquer à distance, faire preuve de transparence ou collaborer simplement. 

2 – Animer des rituels à distance variés et engageants

La culture interne se vit grâce à la dynamique collective. Or, unir une équipe se construit et se consolide dans le temps. Comment ? Grâce à des événements et des rituels internes à la fois informels et conviviaux qui favorisent la proximité, créent un lien d’appartenance et développent la cohésion interne. Les RDV sont donc à réinventer en mode remote. 

Quelques idées : 

  • Lancer des ateliers d’équipe hebdomadaires type petit-déjeuner à distance avec un  “ice breaker”, un partage de bonnes pratiques et des difficultés rencontrées mais aussi la célébration des réussites.
  • Organiser un “all hand” mensuel : présentation de la roadmap, partage des objectifs atteints et à réaliser, mise en avant de personnes ou des équipes qui démontrent leur alignement avec la culture de l’entreprise. 
  • Encourager des sessions de feedback et des ateliers de co-dev spontanés pour maintenir l’entraide.
  • Proposer des espaces virtuels informels pour recréer des opportunités d’échange : un “lunch break” par exemple. Pour booster la sérendipité, les cafés du hasard sont très intéressants : trois personnes sont tirées au sort pour échanger pendant 20 mn. C’est un format dynamique qui permet aussi de créer des ponts entre les différentes équipes.
  • Maintenir la créativité et le lien informel autour d’activités collectives à distance : sport, cuisine, méditation, dessin… 

Et pour saupoudrer un peu de culture en remote, ne pas minimiser l’importance de l’envoi d’un “pack télétravail”. Le package peut-être composé de tous les équipements pour bien travailler (ordinateur, chaise, bureau, souris, etc) et/ou de goodies (mug, sweat, bonnet, …).

le meeting ice breaker peut favoriser la culture d'entreprise
Meeting “ice-breaker”

3 – Faire vivre votre culture via un plan média en béton 

Différents canaux sont à exploiter pour faire vivre et partager la culture en entreprise distribuée. 

  • Créer un podcast thématique sur l’entreprise avec une mise en avant des réalisations ou des engagements de collaborateurs.
  • Animer des groupes WhatsApp ou Slack autour de thématiques ou d’intérêts communs : sport, cuisine, activités, compétences, expertises. 
  • Lancer une vidéo live par mois avec, à chaque fois, des membres du Codir, des managers ou des collaborateurs qui s’expriment sur une thématique fédératrice. Pour proposer un planning édito engageant, pensez à interroger vos salariés. 
  • Communiquer sur le réseau social d’entreprise : news, réussites, jeux, bons plans… Un community manager peut être très utile pour fédérer vos communautés internes et proposer des thèmes en phase avec votre culture. Exemple : si l’écologie est un pilier fort, pourquoi ne pas donner des tips sur le sujet ou mettre en avant les collaborateurs acteurs dans ce domaine ? 
  • Identifier les “ambassadeurs” (managers, personnes motivées, leaders d’opinion…) qui sauront remonter et relayer les informations. Ils peuvent tout à fait être contributeurs de la communication interne. 

4 – Événementialiser vos rdv en présentiel 

Le 100% remote ne veut pas dire ne jamais se voir ! Au contraire, il s’agit de définir un nouveau rythme de rencontres et leur modalité. L’important est d’événementialiser ces rendez-vous afin d’en faire des catalyseurs de la culture d’entreprise et du lien d’appartenance. 

  • Les RDV immersifs ou “learning expeditions” autour d’un but commun tel que la découverte de communautés, de collectifs ou de pratiques innovantes est un moyen de questionner sa propre culture. 
  • Un bilan collaboratif de l’année en mode ateliers participatifs : le but est de partager sur les réalisations puis, de redéfinir la mission d’entreprise en fixant de nouveaux objectifs et les moyens d’y parvenir. Cela permet de s’approprier la culture en tant que “bien commun” et de la faire évoluer avec les collaborateurs.

Proposer des missions RSE type pro bono aux salariés. En effet, agir ensemble et, “hors les murs”, donne de l’élan, du sens et fédère autour d’actions positives.

les seminaires sont un excellent moyen de renforcer la culture d'entreprise pour les employés en remote
Envie d’un team building hors les murs ?

5 – Co-concevoir votre “culture book”

Dans un contexte d’entreprise étendue, la culture devient le ciment du collectif. Il est donc indispensable de la formaliser. De plus en plus d’entreprises décident de co-créer leur “culture book” à l’instar des plus grandes entreprises américaines telles que Netflix ou LinkedIn. Sa vocation ? Résumer les valeurs, la mission ou encore les pratiques de son organisation dans un document attrayant et le diffuser à tout son écosystème. Bretton Putter, auteur de l’ouvrage Culture Decks Decoded, affirme que ces manuels sont le secret de la croissance ! Leur réalisation est une opportunité pour réunir vos équipes à distance et de les interroger. Pour cela, privilégier une approche collaborative et participative : enquêtes pour recueillir les avis des salariés sur les forces et faiblesses de l’entreprise, avec en complément, des ateliers d’approfondissement avec les collaborateurs et managers sur les valeurs, les comportements attendus, les bonnes pratiques de travail etc. À titre d’exemple, Starbucks a d’abord fait émerger ses cinq valeurs clés par ses salariés (l’engagement, la passion, la qualité de l’accueil, la sincérité et l’attention). Puis, celles-ci ont été formalisées au sein d’un Green Apron Book, un carnet remis aux nouveaux arrivants afin qu’ils s’imprègnent de la culture. 

Posts liés