Le decentralized office : mode d’emploi

par Noémie El-Baz

Le decentralized office : une nouvelle manière de voir l’organisation

Aux États-Unis, on entend de plus en plus parler d’un concept un peu mystérieux : la décentralisation des bureaux. Cette dernière consiste à déléguer la responsabilité managériale dans des équipes locales et ancrées. 

Une stratégie qui n’est pas nouvelle, mais qui a été largement accélérée par la crise sanitaire et l’obligation pour de nombreux employeurs de passer au télétravail ! 

Mais attention : télétravail et décentralisation ne sont pas synonymes. Au contraire, ces deux notions sont complémentaires, et ont besoin l’une de l’autre pour fonctionner correctement !

Quelle est la différence entre décentralisation, télétravail et organisation hybride ?

De nombreux employeurs semblent faire l’amalgame entre décentralisation, télétravail et organisation hybride. Alors concrètement, que veulent dire chacune de ces notions ?

On ne présente plus le télétravail – ce mode de travail s’oppose au travail sur site, dans les locaux de son employeur. Il peut s’effectuer au domicile du collaborateur, dans des tiers lieux, des espaces de coworking ou encore à l’étranger. 

L’organisation hybride, quant à elle, désigne un mode de travail intégrant à la fois du travail dans les bureaux de l’employeur, mais aussi du télétravail, dans une proportion qui varie selon les entreprises. Autrement dit, l’hybridation relève de la structure fonctionnelle de l’entreprise.



La décentralisation, elle, représente un véritable système managérial, plutôt qu’une simple modalité organisationnelle. Ainsi, une organisation peut adopter le travail hybride, tout en restant centralisée : si elle choisit de concentrer le pouvoir décisionnel, de maîtriser le temps de travail des collaborateurs et d’instaurer les mêmes modalités de travail pour tous.

Avec le passage au travail hybride, ou parfois même au full remote de certaines entreprises, les grands bureaux et sièges sociaux gigantesques semblent appartenir au passé. Mais au-delà des aspects immobiliers et des considérations géographiques, la décentralisation est un modèle managérial qui implique des changements importants. C’est ainsi une manière de déléguer la responsabilité des opérations quotidiennes et les décisions en local, au plus près du terrain. Et ainsi, de se distancier de l’approche top down (descendante) qui a souvent montré ses limites.

Le decentralized office séduit donc de plus en plus d’employeurs. Mais quels sont ses avantages concrets ?

Les avantages du decentralized office

Avantage #1 : prise de décision rapide et impact stratégique

Plus une structure locale et opérationnelle acquiert d’importance décisionnelle, plus ses équipes seront en mesure d’avancer rapidement sur leurs projets, sans dépendre d’une chaîne de validations sans fin. La décentralisation amène ainsi une réactivité et une fluidité dans le travail qui est impossible dans une entreprise centralisée ! 

Par ailleurs, libérée des contraintes opérationnelles du quotidien, la structure ‘mère’ (le quartier général de l’entreprise) sera en capacité de se concentrer sur la stratégie et la prise de décision à long terme.


En d’autres termes, dans ce mode de fonctionnement, la stratégie et l’exécution sont donc séparées. Le decentralized office pousse à une répartition plus équilibrée du pouvoir décisionnaire, et des responsabilités de chaque métier / département ! 

Avantage #2 : bien-être et productivité des collaborateurs

La stratégie de décentralisation permet aussi de renforcer le bien-être des collaborateurs : avec un accès à des bureaux locaux ou des espaces de coworking partenaires, chaque employé peut réduire son temps de trajet quotidien dans les transports. 

Par ailleurs, l’existence d’un lieu physique permet aussi aux collaborateurs de rétablir la collaboration en face à face et d’avancer plus efficacement sur des projets communs. En effet, bien que de nombreux outils de collaboration soient apparus pour faciliter le travail à distance, il reste nécessaire pour les employeurs de créer des lieux physiques d’échange, de partage et d’interaction sociale, pour préserver l’équilibre et la santé mentale de leurs collaborateurs.

Enfin, l’ouverture d’annexes et de bureaux plus petits mais plus répandus est une excellente manière de respecter les protocoles sanitaires, tout en désintensifiant la fréquentation des grands bureaux traditionnels.

Avantage #3 : ancrage local et réactivité élevée 

En ouvrant des bureaux, même temporaires, dans une nouvelle ville, l’entreprise décentralisée s’offre une forme d’ancrage dans le paysage économique et l’écosystème local qu’elle cible ! Cette stratégie peut s’avérer redoutablement efficace pour s’entourer des bons partenaires et identifier les meilleurs talents présents localement. 

Autre bénéfice de l’ouverture d’un bureau en local : la capacité à héberger et organiser des événements, pour intégrer ses équipes plus fortement dans leur écosystème local, et donner plus de visibilité à l’organisation et à sa marque ! 

Le decentralized office a-t-il des inconvénients ?

La réponse courte : oui, bien sûr ! Avec le bureau décentralisé comme avec toute autre mode d’organisation, il existe évidemment des points négatifs. 

Voyons ensemble quels sont les enjeux auxquels le decentralized office est confronté aujourd’hui.

Inconvénient #1 : perte de visibilité et de contrôle sur l’organisation

Plus une organisation se décentralise, plus elle est amenée à déléguer les responsabilités, et donc, les prises de décision. Ce faisant, elle s’expose à un risque qui peut s’avérer lourd de conséquences à terme : l’incapacité à prendre des décisions unanimes, et la perte de visibilité (voire de contrôle) sur le quotidien de chaque bureau local. 

En effet, plus le pouvoir décisionnel est décentralisé, plus il devient difficile d’imposer des changements à l’échelle de toute l’organisation. Par ailleurs, si un bon système de knowledge management n’est pas mis en place rapidement, la transparence sur les actions et les projets des équipes locales peut être perdue, causant des doublons, des incompréhensions et potentiellement beaucoup de frustration !

Attention également aux tensions entre les managers du siège et les responsables de bureaux : des intérêts divergents peuvent rapidement émerger, causant parfois des conflits impactant négativement la productivité de l’organisation.

Inconvénient #2 : frais de gestion des bureaux

Ouvrir une branche locale dans des localisations multiples implique nécessairement des coûts logistiques, administratifs, matériels et immobiliers plus élevés. Le recrutement de managers et de talents locaux sera aussi un élément important à prendre en compte dans l’estimation de la viabilité de l’ouverture d’un nouveau bureau. 

Futur du travail : l’individu au coeur du processus de décentralisation

Une dernière tendance qui est intéressante à observer, dans le cadre du développement du decentralized office, est le changement culturel profond  et le nouveau visage du travail qu’il induit. 

En effet, dans un monde du travail fragmenté et décentralisé, le collaborateur doit être considéré et abordé dans toute son individualité. Avec des responsabilités managériales fragmentées, l’entreprise ne peut plus être vue comme un groupe d’individus, mais bien comme la somme d’une multitude de collaborateurs, chacun étant doté d’objectifs individuels, et de préférences en termes de mode de travail ! 


Afin d’accompagner cette bascule vers le “collaborateur-individu”, de nombreux outils se sont créés ces dernières années. Ces outils ont pour but de favoriser la communication (Slack, Zoom, Discord…) entre les collaborateurs, mais aussi le partage du savoir individuel (Notion) ou encore d’augmenter la compréhension du bien-être de chaque collaborateur (AssessFirst). 

Chez Fleex, nous sommes convaincus que le decentralized office est une fantastique opportunité pour les employeurs : celle de donner à chaque collaborateur la capacité de décider de sa manière de travailler, et de gérer son espace de travail, partout où il le souhaite. Le tout, en maintenant sa productivité et en favorisant l’innovation et la créativité en local. 

Plus cette tendance sera adoptée par les entreprises, plus elle permettra de décentraliser la valeur créée par l’entreprise, pour l’enrichir et la diversifier.
Il est intéressant d’observer à quel point cette tendance se rapproche d’ailleurs de celle de la Blockchain ! Tout comme cette dernière, s’appuyant sur une infrastructure décentralisée, s’apprête à révolutionner l’industrie financière, la décentralisation du travail promet de replacer le collaborateur au cœur des préoccupations.

Posts liés

Laisser un commentaire